Rediffusion : Conférence plénière : Multilinguisme des territoires, plurilinguisme des citoyens, monolinguisme des institutions ? Le cas de la Guyane

Isabelle LEGLISE

Si tous les territoires ultramarins présentent une grande diversité linguistique – 54 des 75 langues de France étant issues des Outre-mer, la Guyane est, sans doute plus que d’autres, l’illustration même d’un territoire fortement multilingue. Généralement pensée comme une mosaïque de communautés linguistiques et culturelles juxtaposées issues de mouvements de peuplement liés à l’histoire coloniale, à l’esclavage, au bagne ou aux migrations économiques ou politiques plus récentes, la Guyane contemporaine offre cependant de multiples facettes : des reconfigurations sociales et urbaines importantes, une population jeune et démographiquement très dynamique, une part importante de migrants venant de pays proches dans un contexte de mobilités transnationales traditionnelles, en même temps que des problèmes d’accès à l’eau, à l’électricité et aux services de l’Etat par exemple pour des villages isolés ou pour des personnes n’ayant pour certaines jamais été scolarisées en français.

Si la population guyanaise est souvent plurilingue, mêlant différentes langues au sein de leurs communications quotidiennes, la plupart des jeunes enfants ne parlent pas français avant d’être scolarisés. Alors que le français joue le rôle de gate keeper pour l’accès à l’emploi tertiaire qui représente 8 emplois formels sur 10, il n’a qu’une place congrue dans de nombreuses situations : on peut travailler ou avoir des échanges commerciaux en s’exprimant uniquement dans un créole à base anglaise ou en portugais du Brésil, par exemple. Une partie importante de la population peut ainsi avoir un degré de connaissance du français assez limité. Un problème important d’accès aux droits de la population en découle : accès à l’éducation, à la santé, à la justice et aux services publics en général qui s’adressent généralement en français à leurs administrés.

Chaque conférence plénière dure 30 minutes, et est suivie de 30 minutes de discussion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *